Selon une nouvelle recherche menée par des chercheurs de l’Université de Cincinnati, les adolescentes qui atteignent la puberté à un âge plus précoce semblent être plus à risque de développer des migraines.

L’étude a été menée chez 761 adolescentes, âgées de 8 à 10 ans à l’inclusion. Elles ont été examinées tous les six à 12 mois. Les chercheurs ont déterminé quand ils ont montré les premiers signes de la thélarche (développement des seins), de la puberté (croissance des poils pubiens) et de la ménarche (début des menstruations).

Les filles ont répondu à un questionnaire sur les céphalées pour savoir si elles souffraient de migraines, d’absence de migraines ou de migraines probables. L’âge moyen auquel elles ont répondu au sondage était de 16 ans.

Les résultats ont montré que 85 filles (11 %) ont reçu un diagnostic de migraine, tandis que 53 (7 %) souffraient probablement de migraine et 623 (82 %) n’en souffraient pas.

Les chercheurs ont constaté que les filles souffrant de migraine avaient une thélarche et une ménarche plus précoces que celles qui n’avaient pas de migraine. En moyenne, le développement des seins s’est produit quatre mois plus tôt chez les migraineuses, alors que les règles avaient commencé cinq mois plus tôt. Il n’y avait pas de différence du pont de vue de l’âge de la puberté entre les deux groupes.

Les résultats suggèrent une forte relation entre la puberté précoce et le développement de la migraine chez les adolescentes. « Il est assez nouveau de suggérer que les origines de la migraine peuvent survenir en fait avant le début des menstruations », souligne le Dr Martin. « Notre étude suggère que la toute première exposition aux œstrogènes pourrait être le point de départ de la migraine chez certaines adolescentes. C’est peut-être la théorie du Big Bang de la migraine. »

Y a-t-il donc quelque chose que l’on puisse faire pour prévenir une puberté précoce ? « Des études suggèrent que l’obésité infantile est associée à une puberté précoce », dit Martin.  « Garder son poids peut prévenir une puberté précoce. D’autres études devront être faites pour déterminer si cette stratégie diminuera aussi la probabilité de développer la migraine. »

 

Référence : pour en savoir plus, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre