L’étude MONARCH avait déjà montré la supériorité d’une monothérapie par sarilumab versus adalimumab chez des patients atteints d’une polyarthrite rhumatoïde non répondeurs ou intolérants au methotrexate.

Dans cette prolongation en open-label de l’étude MONARCH, 87 % des 369 patients inclus dans l’essai MONARCH ont été traités par sarilumab 200 mg s.c. toutes les 2 semaines (continuation sarilumab n=165, switch adalimumab vers sarilumab n=155), afin d’évaluer l’efficacité et la sécurité à long-terme du sarilumab.

En ce qui concerne l’activité et la sévérité de la maladie (mesurés par les scores DAS28-ESR et CDAI), l’observation montre une différence minimale pertinente chez plus de 40 % des patients switchés à la semaine 12, et chez plus de 50 % à la semaine 48.

Le score fonctionnel HAQ-DI a pour sa part atteint une différence minimale cliniquement pertinente après 48 semaines chez plus de 40 % des patients switchés. Côté tolérance, les effets secondaires menant à un arrêt de traitement sont similaires dans les 2 groupes (tableau ci-contre).

En conclusion, le switch des patients traités par adalimumab vers le sarilumab permet une amélioration clinique des signes et symptômes de la maladie.

Source : G.R. Burmester et al., Patients switched to sarilumab from adalimumab achieve clinically important improvements in RA disease activity, EULAR 2019- poster N° SAT0137 – Saturday, June 15

 

Référence : pour accéder au compte-rendu complet du congrès Eular 2019, cliquez ici.   

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre