Le NHS procédera à un contrôle des médecins généralistes qui signaleraient des patients inexistants, c’est-à-dire des patients fantômes.

Les médecins anglais reçoivent 150 livres sterling par an et par patient sur leur liste, mais on estime aujourd’hui qu’il y a eu 3,6 millions de patients de plus l’an dernier que le nombre de personnes vivant en Angleterre. L’autorité de lutte contre la fraude du NHS enquête sur cette affaire.

Les insinuations selon lesquelles les omnipraticiens sont impliqués dans la tromperie sont « choquantes » , affirme le Royal College of General Practitioners. « L’insinuation selon laquelle les omnipraticiens sont impliqués dans la fraude en matière de soins de santé est choquante et extrêmement désastreuse pour les omnipraticiens et leurs équipes qui se battent jour après jour pour aider plus d’un million de patients par jour, du mieux qu’ils peuvent, sans disposer du temps, des ressources ou de l’effectif nécessaires » , a déclaré le professeur Helen Stokes-Lampard, directrice du Royal College of GPs. « Il est évidemment important que les listes des patients soient aussi à jour que possible, et beaucoup de temps et d’attention y est accordé. »

« Ce qu’on appelle les patients fantômes» n’ont rien de sinistre ou d’effrayant, c’est une question de gestion de dossiers, pas de pratiques qui maintiennent délibérément des patients sur leurs listes alors qu’ils ne devraient plus y être » , souligne-t-elle.

« Les conditions de vie des patients changent constamment, tout comme nos dossiers. Certains cabinets ont un taux de roulement élevé et les patients ne nous informent pas toujours lorsqu’ils déménagent. C’est une conséquence inévitable de l’obligation de tenir des listes. »

« Il est également important de veiller à ce que les patients qui ne devraient pas figurer sur la liste soient retirés, mais il est tout aussi important de veiller à ce que ceux qui devraient y figurer soient protégés et ne soient pas retirés sans raison valable, ou sans en être informés. »

« Nous nous félicitons du fait que le NHS England se charge d’examiner les listes de patients et de prendre les mesures appropriées en toute sécurité. Mais publier le fait qu’ils impliquent leur unité de fraude interne, ainsi que sous-traiter la tâche à une entreprise à laquelle de nombreux professionnels de la santé à travers le pays ne font pas confiance pour faire un travail correct et honnête est démoralisant pour les médecins généralistes et une utilisation douteuse des ressources limitées du NHS ».

 

Référence : pour accéder au communiqué de presse, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

1 Commentaire
  1. ates

    Je suis désolé d’apprendre ce type de dérive . Il faudrait prendre des mesures adéquates , c’est à dire adaptées à  » l’informatique  » pour empêcher pénalement les manipulateurs de l’informatique de sévir .
    L’informatique n’est pas mauvaise, mais offre aux personnes mal intentionnées , des dérives trop nombreuses. .

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre