De nouvelles recherches remettent en question la croyance répandue selon laquelle la viande blanche est meilleure pour le cholestérol que la viande rouge.

Le Dr Krauss et ses collègues ont testé comment différents apports de viande affectent les niveaux de lipides et de lipoprotéines qui peuvent provoquer l’athérosclérose. Ils ont publié leurs résultats dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

Des hommes et des femmes en bonne santé, de 21 à 65 ans, ayant un indice de masse corporelle de 20 à 35 kg/m2, ont été répartis dans l’un des deux groupes parallèles (consommation d’acides gras saturés faible ou élevée) et, à au sein de chaque bras, affectés aux régimes de viande rouge, de viande blanche ou de protéines non carnées consommés pendant 4 semaines chacun, dans un ordre aléatoire. Les principaux critères d’évaluation étaient le cholestérol LDL, l’apolipoprotéine B (apoB), les petites et moyennes particules de LDL, le cholestérol total et le HDL.

L’étude a révélé que le fait de s’abstenir de manger de la viande réduisait le cholestérol sanguin beaucoup plus que les chercheurs ne l’avaient cru auparavant. La consommation de viande rouge et de viande blanche a fait augmenter le taux de cholestérol sanguin plus que la consommation de protéines d’origine végétale. Les taux élevés de cholestérol ne dépendaient pas de la présence ou non de taux élevés de graisses saturées dans l’alimentation.

« Lorsque nous avons planifié cette étude, nous nous attendions à ce que la viande rouge ait un effet plus néfaste sur le taux de cholestérol sanguin que la viande blanche, mais nous avons été surpris que ce ne soit pas le cas – leurs effets sur le cholestérol sont identiques lorsque les taux de gras saturés sont équivalents. », souligne Ronald Krauss, co-auteur de l’étude.

Le Dr Krauss et ses collègues concluent que « cette étude est la première à montrer que les deux catégories de protéines de la viande entraînent des concentrations de LDL plus élevées que les sources de protéines végétales dans des régimes alimentaires comparables ».

 

Référence : pour accéder à l’étude, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre