La maladie de Parkinson et certaines formes de démence se caractérisent par des corps de Lewy, des agrégats toxiques qui se forment dans le cerveau et perturbent les circuits neuronaux. Des chercheurs de l’Université d’Osaka au Japon testent actuellement un nouveau traitement préventif dans le cadre d’une étude préliminaire chez la souris.

Récemment, une équipe de scientifiques de l’Université d’Osaka a décidé de découvrir si le fait de cibler la protéine alpha-synucléine, qui se transforme en corps de Lewy, pourrait aider à prévenir ou à faire régresser la maladie de Parkinson.

A cette fin, ils ont testé une nouvelle thérapie génique chez des souris atteintes de ce trouble neurologique. Leurs conclusions suggèrent que cette nouvelle approche est prometteuse.

« Bien qu’il existe des médicaments qui traitent les symptômes associés à la maladie de Parkinson, il n’existe aucun traitement fondamental pour contrôler l’apparition et la progression de la maladie », note Takuya Uehara, auteur principal de l’étude, « Par conséquent, nous avons cherché des moyens de prévenir l’expression de l’alpha-synucléine et d’éliminer efficacement la cause physiologique de [la maladie de Parkinson] ».

Tout d’abord, l’équipe a conçu des sections « miroirs » de matériel génétique pour correspondre à celles de l’alpha-synucléine. Les chercheurs ont ensuite utilisé la technique du pontage amidique – une technique qui utilise des radicaux aminés pour relier les molécules – pour stabiliser ces fragments génétiques. C’est pour cette raison qu’ils ont appelé les nouveaux fragments génétiques oligonucléotides antisens modifiés par des acides nucléiques à pont amide, ou ASO. Ces fragments se lient à leur séquence génétique correspondante, qui est l’ARN messager (ARNm). En se liant à l’ARNm, les OLS l’empêchent de traduire l’information génétique qui code l’alpha-synucléine, la protéine qui forme les corps de Lewy.

Les chercheurs ont expérimenté différentes variantes d’OLS jusqu’à ce qu’ils en trouvent une qui réduisait les taux d’ARNm de l’alpha-synucléine jusqu’à 81%. Enfin, l’équipe a testé l’efficacité de sa nouvelle approche sur des modèles murins.

« Chez les rongeurs, la nouvelle thérapie génique s’est avérée efficace et prometteuse », explique Chi-Jing Choong, co-auteur principal de l’étude. « D’autres tests ont montré que l’ASO réduisait efficacement la production d’alpha-synucléine chez les souris et réduisait significativement la gravité des symptômes de la maladie dans les 27 jours suivant l’administration ».

A l’avenir, les chercheurs ont l’intention de continuer à tester cette méthode. Si leurs efforts continus se révèlent fructueux, ils espèrent que la nouvelle approche thérapeutique pourra aider à prévenir et à traiter non seulement la maladie de Parkinson, mais aussi d’autres maladies neurodégénératives dans lesquelles les corps de Lewy jouent un rôle clé.

 

Référence : pour accéder à l’étude, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Un nouveau virus mystérieux se répand en ChineUn nouveau virus mystérieux se répand en Chine 3 juin 2019 Un nouveau virus se répand lentement mais sûrement dans les régions rurales de Chine. Jusqu'à tout récemment, la cause de la maladie n'était pas claire, mais des scientifiques ont peut-être trouvé le coupable…
  • Epidémie de maladie rénale chronique de cause inconnue dans des communautés agricolesEpidémie de maladie rénale chronique de cause… 21 mai 2019 De nombreux cas d'insuffisance rénale chronique de cause inconnue sont apparus parmi les travailleurs agricoles et autres travailleurs manuels dans diverses régions du monde. Des scientifiques ont identifié des causes possibles.
  • Les gynécologues oncologues, victimes de harcèlement sexuelLes gynécologues oncologues, victimes de harcèlement sexuel 5 juin 2019 Une enquête menée chez des gynécologues oncologues révèle des chiffres consternants, présentés lors du congrès ASCO.
  • A partir de quand le café devient-il nocif pour le cœur ?A partir de quand le café devient-il nocif pour le cœur ? 21 mai 2019 Pour bien des gens, le café est la boisson magique qui donne le coup d'envoi de la journée, un remontant indispensable l'après-midi, et parfois même un digestif bien apprécié après le dîner. Mais à partir de combien de tasses de café, c'est de trop ? Une nouvelle étude d'envergure prétend détenir la réponse.
  • Loi anti-avortement : une femme, forcée de donner naissance à un bébé souffrant d'anencéphalieLoi anti-avortement : une femme, forcée de donner… 12 juin 2019 Dans plusieurs Etats aux USA, on observe la réapparition de lois strictes en matière d'avortement, où les femmes perdent certaines libertés et où les médecins sont à risque d’être incriminés, même lorsque la vie de la patiente est en jeu.
  • Finalement, le café est-il mauvais pour le cœur ?Finalement, le café est-il mauvais pour le cœur ? 6 juin 2019 Les études affirment que le café nuit aux artères, qu'il protège le cœur ou qu'il n'a aucun effet sur la santé cardiovasculaire. De nouvelles recherches sur des milliers de participants relancent le débat.
  • La viande blanche est-elle vraiment plus saine que la viande rouge ?La viande blanche est-elle vraiment plus saine que… 14 juin 2019 De nouvelles recherches remettent en question la croyance répandue selon laquelle la viande blanche est meilleure pour le cholestérol que la viande rouge.
  • Notes personnelles dans le dossier patient, l’avis de l’OrdreNotes personnelles dans le dossier patient, l’avis… 22 mai 2019 Quinze ans après l'entrée en vigueur de la loi relative aux droits du patient, des questions demeurent quant aux « notes personnelles ». Le Conseil national de l'Ordre a donné son avis.
  • L'ordre alimentaire peut affecter le taux de sucre dans le sangL’ordre alimentaire peut affecter le taux de… 13 juin 2019 Une nouvelle étude révèle qu'une modification de l'ordre dans lequel les aliments sont consommés pourrait réduire les pics de glycémie après les repas.
  • Que boit le monde ?Que boit le monde ? 11 juin 2019 Les boissons que nous buvons représentent une source substantielle de nos calories et de nos nutriments quotidiens. Dans l'évaluation la plus récente et la plus complète de la consommation mondiale de boissons, les chercheurs rapportent des différences substantielles dans les boissons consommées par différents groupes démographiques dans 185 pays.
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre