Les particules émises par les réacteurs d’avion sont généralement ultrafines, inférieures à 100 nanomètres. À titre de comparaison, le diamètre d’un cheveu humain est d’environ 80.000 nanomètres. Une fois inhalées, ces nanoparticules se déposent de manière efficace dans les voies respiratoires.

Chez les personnes en bonne santé, le système immunitaire se charge de neutraliser rapidement ces dépôts et de les éliminer des poumons. Mais si les particules inhalées, en raison de leur structure ou de leurs propriétés physico-chimiques, parviennent à passer outre le système immunitaire, elles risquent d’endommager le tissu pulmonaire de façon irréparable.

Dans le cadre d’expériences combinées d’un tout nouveau genre, les chercheurs viennent d’étudier la toxicité des particules présentes dans les gaz d’échappement émis par un réacteur de type CFM56-7B, le plus utilisé dans le monde. Une chambre de déposition d’aérosols, spécialement développée pour les études de toxicologie par inhalation de nanoparticules a permis de déposer les particules de poussière fine formées dans des conditions proches de la réalité, sur des cultures de cellules épithéliales bronchiques. Par ailleurs, les caractéristiques physiques et chimiques mais aussi la structure des particules, ont également été analysées pour examiner s’il y a des liens entre ces caractéristiques et les effets sur les cellules.

Les cellules ont été exposées à l’aérosol pendant 60 minutes. Sur cette durée, la masse de particules déposée allait de 1,6 à 6,7 nanogrammes par centimètre carré de surface de cellules avec le réacteur au ralenti, et de 310 à 430 nanogrammes avec le réacteur en régime de montée. Cela correspond, pour les voies respiratoires, à une dose journalière d’une atmosphère rurale légèrement polluée de l’ordre de 20 microgrammes de particules par mètre cube d’air jusqu’à une forte pollution atmosphérique, caractéristique d’une métropole (100-500 microgrammes de particules par mètre cube d’air).

Les cultures cellulaires ont permis de mettre en évidence une dégradation accrue de la membrane cellulaire ainsi qu’un stress oxydatif. Il apparaît que la nocivité des particules varie en fonction de la poussée de la turbine et du type de carburant utilisé.

 

Référence : pour en savoir plus, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Des chirurgiens ont fait une drôle de découverte après avoir extrait ce qu’ils pensaient d’abord être une tumeur cérébrale (vidéo)Des chirurgiens ont fait une drôle de découverte… 26 juin 2019 Une jeune femme en bonne santé a commencé à souffrir de manière assez soudaine d’engourdissements du côté droit de son corps, d’épisodes de confusion et de cauchemars. Cependant, elle n’avait pas d’antécédents médicaux pouvant expliquer de tels symptômes.
  • Que boire pour bien dormir ?Que boire pour bien dormir ? 1 juillet 2019 Vous appréciez peut-être de siroter une boisson avant de vous coucher… mais y a-t-il des boissons qui pourraient être particulièrement utiles ou néfastes pour un sommeil de qualité ?
  • Cinq choses à savoir sur les psychopathesCinq choses à savoir sur les psychopathes 10 juillet 2019 La plupart des gens pensent qu'ils savent ce qu'est un psychopathe : quelqu'un qui n'a aucun sentiment. Quelqu'un qui torturait probablement des animaux pour s'amuser quand il était petit. Mais voici cinq choses que vous ignoriez probablement sur les psychopathes.
  • Polémique autour de centaines de pratiques médicales actuellesPolémique autour de centaines de pratiques médicales… 19 juin 2019 Certains auteurs anglophones parlent de « Medical reversal » (MR) lorsqu’un essai clinique plus récent et supérieur sur le plan méthodologique contredit la pratique clinique existante. De nouvelles recherches révèlent qu'il y a actuellement près de 400 MR.
  • Suicide des médecins, combien d'autres encore ?Suicide des médecins, combien d’autres encore ? 2 juillet 2019 « Je suis médecin depuis dix ans maintenant, et franchement, ce n'est pas le monde dans lequel je pensais me retrouver » , explique le Dr Giles Dawnay au BMJ.
  • Un test ADN fait « pour s’amuser » révèle à une jeune femme ses vraies originesUn test ADN fait « pour s’amuser » révèle à une… 8 juillet 2019 Une jeune Californienne de 24 ans a voulu faire un test ADN en kit il y a deux ans. Elle savait que son père, décédé, était italien tandis que sa mère avait des origines scandinaves. Cependant, une fois les résultats obtenus, quelque chose était étrange…
  • Agitation autour des « patients fantômes »Agitation autour des « patients fantômes » 2 juillet 2019 Le NHS procédera à un contrôle des médecins généralistes qui signaleraient des patients inexistants, c'est-à-dire des patients fantômes.
  • L'ADN d'une dent incrustée dans un pied d'homme résout le mystère d’une morsure de requin vieux d'un quart de siècleL’ADN d’une dent incrustée dans un pied… 4 juillet 2019 Quand Jeff Weakley a ouvert une ampoule sur son pied, il ne s'attendait pas à trouver un morceau de dent du requin qui l'avait mordu alors qu'il faisait du surf au large de Flagler Beach en 1994.
  • Combien de temps faut-il passer dans la nature pour son bien-être ?Combien de temps faut-il passer dans la nature pour… 25 juin 2019 Il est bien connu que sortir en plein air est bon pour la santé et le bien-être. Mais combien de temps faut-il passer dans la nature pour en tirer profit en matière de santé et de bien-être ?
  • Boissons sucrées, purs jus de fruits et risque de cancerBoissons sucrées, purs jus de fruits et risque de cancer 12 juillet 2019 Une nouvelle étude observationnelle, publiée dans le BMJ, établit un lien entre la consommation de boissons sucrées, dont les jus de fruits purs et le risque de cancer.
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre