Selon une étude publiée hier, l’émission « 13 Reasons Why » de Netflix a été associée à une augmentation de 28,9 % du taux de suicide chez les jeunes américains âgés de 10 à 17 ans dans le mois (avril 2017) suivant la diffusion des émissions.

« 13 Reasons Why » est une série qui raconte l’histoire d’une jeune fille qui se suicide et laisse derrière elle une série de 13 cassettes détaillant les raisons pour lesquelles elle a choisi de mettre fin à sa vie. Bien que cette émission ait été acclamée par la critique, elle a aussi suscité des questions sur la façon dont la représentation du suicide dans l’émission touche les jeunes qui la regardent.

L’étude, menée par le Nationwide Children’s Hospital, a démontré qu’après la sortie de la série le 31 mars 2017, le mois d’avril 2017 a connu le taux de suicide le plus élevé pendant la période de cinq ans de l’étude (entre 2013 et 2017) chez les 10 à 17 ans. Cependant, il n’y avait pas de lien significatif entre la mise en ligne de la série et le suicide chez les personnes de 18 ans et plus.

Selon les auteurs, les jeunes peuvent être particulièrement vulnérables à la « contagion » du suicide, notamment avec des histoires/séries qui glorifient le défunt, et qui présentent le suicide comme un moyen d’atteindre un but, ou offrent des idées potentielles sur la façon de mourir par suicide.

« Il est possible de dépeindre le suicide d’une manière qui cultive l’espoir en augmentant la sensibilisation aux soutiens disponibles pour ceux qui luttent contre les pensées ou les comportements suicidaires », a déclaré le Dr John Ackerman, coauteur de l’étude. « Cependant, cette étude démontre que les parents devraient être prudents avant d’exposer les jeunes à cette série. Une troisième saison de la série devrait bientôt être diffusée, il est donc nécessaire de poursuivre la surveillance afin de surveiller les conséquences potentielles sur les taux de suicide en association avec le visionnement de la série. »

« Les résultats de cette étude devraient faire prendre conscience que les jeunes sont particulièrement vulnérables aux médias », a déclaré l’auteure de l’étude, Lisa Horowitz, Ph.D., M.P.H. « Toutes les disciplines, y compris les médias, doivent prendre soin d’être constructives et réfléchies sur les sujets qui se recoupent avec les crises de santé publique. »

 

Référence : pour accéder au communiqué, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Atteint d’une maladie rare mortelle, un médecin se bat pour trouver un remèdeAtteint d’une maladie rare mortelle, un médecin se… 18 août 2019 David Fajgenbaum avait 25 ans et était en troisième année à la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie lorsqu’il a commencé à ressentir une série de symptômes : ganglions lymphatiques hypertrophiés, sueurs nocturnes et fatigue accablante.
  • Partie à l’hôpital pour des calculs rénaux, elle revient avec… des triples (vidéo)Partie à l’hôpital pour des calculs rénaux, elle… 21 août 2019 Dannette Giltz, une Américaine vivant dans le Dakota, ne savait pas qu'elle était enceinte jusqu'à son arrivée à l'hôpital le 10 août. Pensant souffrir de calculs rénaux, elle était en réalité en plein travail.
  • Quand le déo ne suffit pas…Quand le déo ne suffit pas… 20 août 2019 Le déodorant n'est pas suffisant pour arrêter les odeurs corporelles ? Un nouveau body de style futuriste avec des bactéries vivantes incorporées pourrait aider à combattre ces odeurs désagréables.
  • Prothèse dentaire découverte dans le larynx 8 jours après une anesthésie généraleProthèse dentaire découverte dans le larynx 8 jours… 20 août 2019 Le BMJ Case Reports décrit le cas d’un homme de 72 ans souffrant de douleurs, de saignements et de difficultés de déglutition après une intervention chirurgicale.
  • Insomnie et troubles cardiaques : qui est la poule et qui est l'œuf ?Insomnie et troubles cardiaques : qui est la poule… 23 août 2019 Quels sont les liens entre le sommeil et notre cœur ? Des experts ont déjà établi des liens entre les troubles du sommeil et les maladies cardiaques. Cependant, la plupart des études de population recherchent des associations, mais elles ne permettent pas de déterminer les causes et les effets.
  • Trois jeunes mamans sur quatre victimes de baby bluesTrois jeunes mamans sur quatre victimes de baby blues 18 août 2019 Trois jeunes mères sur quatre ont souffert du baby blues durant les deux premières semaines qui ont suivi l’accouchement, ressort-il d’une enquête de la Mutualité libérale menée auprès de 1.334 femmes belges ayant un enfant de moins d’un an.
  • L’OMS dit « non » aux modifications génétiques in uteroL’OMS dit « non » aux modifications génétiques in utero 18 août 2019 L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit non à l'édition génétique in utero, qui a fait la une des journaux internationaux en novembre dernier après que le scientifique He Jiankui a annoncé la naissance des premiers bébés CRISPR.
  • Les substances peptidiques injectables vendues en ligne peuvent être dangereuses pour la santéLes substances peptidiques injectables vendues en… 22 août 2019 Selon une étude de santé Sciensano, les préparations injectables illégales vendues sur internet peuvent présenter un risque grave pour la santé. Ces préparations illégales à base de peptides sont populaires pour, par exemple, atteindre rapidement et facilement un idéal physique.
  • Les e-cigarettes liées à 100 cas d’une maladie pulmonaire mystérieuse cet étéLes e-cigarettes liées à 100 cas d’une maladie… 23 août 2019 Après des semaines de confusion, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont annoncé qu'ils enquêtaient sur une mystérieuse maladie pulmonaire qui a touché près de 100 personnes cet été. La cause du problème est inconnue jusqu’ici, mais cela a surtout touché des ados utilisateurs de e-cigarettes.
  • Application mobile pour le TD 2 adaptée aux nouvelles conditions de remboursementApplication mobile pour le TD 2 adaptée aux… 20 août 2019 Pour aider les médecins et les infirmières à s'y retrouver dans le large choix de médicaments, l’UZ Leuven a développé une application mobile appelée T2D Helper. L'application vient d'être mise à jour sur la base des nouveaux critères belges de remboursement et tient compte de la nouvelle littérature scientifique factuelle sur l'approche du diabète de…
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre