Lorsque nous dormons mal, nous pouvons nous sentir moins enclins à participer à des activités sociales. Des chercheurs ont trouvé des preuves que le manque de sommeil peut nous transformer en véritable paria social.

Selon l’auteur principal de l’étude, le professeur Matthew Walker, « Nous, les humains, sommes une espèce sociale. Pourtant, le manque de sommeil peut nous transformer en lépreux sociaux. »

Les résultats – parus dans la revue Nature Communications – indiquent que les personnes qui ont perdu le sommeil sont moins désireuses d’interagir avec les autres et ont tendance à donner l’impression d’être socialement désagréables.

Les chercheurs ont recruté une cohorte de 18 adultes en bonne santé, qu’ils ont répartis en deux groupes. Ils ont demandé aux participants d’un groupe de dormir, tandis que ceux de l’autre groupe devaient rester éveillés toute la nuit. À la première étape de l’étude, les scientifiques ont étudié l’activité cérébrale des participants regardant de courtes vidéos de personnes d’expression neutre qui marchaient vers eux. Les participants avaient la possibilité d’arrêter la vidéo lorsqu’ils estimaient que la personne à l’écran était trop proche. Les chercheurs ont observé que les personnes privées de sommeil étaient plus susceptibles que leurs pairs bien reposés de garder les gens à distance, arrêtant les vidéos beaucoup plus tôt. Ensuite, les scintigraphies cérébrales ont révélé que les personnes privées de sommeil présentaient une activité accrue dans un circuit cérébral qui est activé lorsque l’on pense percevoir une présence humaine menaçante. Les mêmes analyses ont montré que les participants privés de sommeil avaient des niveaux d’activité plus faibles dans le réseau qui évalue normalement les émotions et l’intention. Ces résultats combinés suggèrent que la perte de sommeil nuit à la capacité d’une personne à évaluer correctement les situations sociales, ce qui rend la personne plus susceptible de se retirer des contextes sociaux.

Dans une autre partie de l’étude, les chercheurs ont évalué comment les observateurs externes percevraient les personnes privées de sommeil. Pour ce faire, ils ont recruté 1.033 observateurs. Les observateurs – qui n’étaient pas au courant des objectifs de l’étude – ont d’abord regardé des vidéos montrant les participants privés de sommeil discutant d’une variété de sujets simples. Ensuite, ils ont évalué les personnes dans les vidéos en fonction de leur sentiment de solitude et de l’intérêt qu’elles auraient à interagir avec elles. Ensuite, les chercheurs ont demandé aux observateurs à quel point ils se sentaient seuls après avoir observé les participants privés de sommeil. Étonnamment, après avoir regardé des clips de 60 secondes, les observateurs ont décrit qu’ils se sentaient plus isolés, suggérant que la solitude pouvait être contagieuse.

Dans la dernière étape de l’étude, les enquêteurs ont demandé aux participants de remplir des enquêtes standardisées, évaluant leur état après seulement une nuit de sommeil de qualité ou de sommeil insuffisant. Ce test a confirmé que les personnes qui ont manqué une bonne nuit de sommeil étaient plus susceptibles de se sentir seules et peu sociables le lendemain.

« Moins vous dormez, moins vous voulez interagir socialement. En retour, d’autres personnes vous perçoivent comme étant socialement plus désagréables, ce qui accroît encore l’impact grave de l’isolement social lié à la perte de sommeil. Ce cercle vicieux peut être un facteur important de la crise de santé publique qu’est la solitude. » conclut Eti Ben Simon, auteur principal de l’étude.

 

Référence : pour accéder à l’étude, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Un anesthésiste soupçonné d’empoisonnementUn anesthésiste soupçonné d’empoisonnement 14 mai 2019 Le docteur Frédéric Péchier a été placé en garde à vue. Déjà soupçonné en 2017, il fait l’objet de nouvelles investigations pour plusieurs dizaines d’autres cas.
  • Carnets de santé falsifiés dans des crèches du Brabant Wallon ?Carnets de santé falsifiés dans des crèches du… 25 avril 2019 Selon une enquête de la RTBF, certaines crèches soupçonnent des parents de falsifier, avec l’aide de leur médecin, les carnets de santé de leurs enfants. Un acte risqué qui n’est pas sans conséquences.
  • Suicide chez le médecin : des experts expliquentSuicide chez le médecin : des experts expliquent 14 mai 2019 Le suicide est la seule cause de décès qui est plus élevée chez les médecins que dans la population générale, selon deux médecins canadiens qui ont coécrit une fiche d'information sur le suicide chez les médecins.
  • « 13 Reasons why », une série responsable de nombreux suicides chez les adolescents« 13 Reasons why », une série responsable de… 30 avril 2019 Selon une étude publiée hier, l'émission « 13 Reasons Why » de Netflix a été associée à une augmentation de 28,9 % du taux de suicide chez les jeunes américains âgés de 10 à 17 ans dans le mois (avril 2017) suivant la diffusion des émissions.
  • Manger du riz pour prévenir l’obésité ?Manger du riz pour prévenir l’obésité ? 7 mai 2019 Si l'on en croit les conclusions d'une étude récente, les niveaux d'obésité sont nettement inférieurs dans les pays qui consomment de grandes quantités de riz.
  • Nouvelles recommandations dans l’asthmeNouvelles recommandations dans l’asthme 10 mai 2019 Evolution du paradigme de la prise en charge de l’asthme. GINA 2019 fait peau neuve et balaye certaines convictions vieilles de 50 ans.
  • Quelle drogue est la plus dangereuse ?Quelle drogue est la plus dangereuse ? 17 mai 2019 Serait-ce le fentanyl, un médicament 50 à 100 fois plus puissant que la morphine ? Ou la cocaïne, avec des effets secondaires désagréables comme la paranoïa, la défaillance d'organes, les convulsions et la mort ?
  • Les protéines de soja réduisent-elles le « mauvais » cholestérol ?Les protéines de soja réduisent-elles le « mauvais »… 9 mai 2019 Les protéines de soja et leur influence sur le cholestérol font l'objet d'un débat permanent. Une nouvelle méta-analyse a analysé les données existantes.
  • Je suis ici pour un cancer du sein. Pourquoi me parlez-vous de mon cœur ?Je suis ici pour un cancer du sein. Pourquoi me… 6 mai 2019 Appel à l'action : Une étude révèle le besoin urgent de soigner le cœur des patients atteints de cancer.
  • Quel est le lien entre dépression et constipation ?Quel est le lien entre dépression et constipation ? 11 mai 2019 La constipation chronique accompagne souvent la dépression. Sur base d'un modèle murin, les chercheurs ont cherché à comprendre pourquoi cette relation pouvait se produire. Ils ont également testé un médicament expérimental dont les résultats sont encourageants.
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre