Une équipe de chercheurs de l’université d’Anvers a développé un questionnaire pour évaluer l’opinion citoyenne en regard de la prescription électronique, avec plus de 270 répondants ayant des usages différents de médicaments (prise aigue ou chronique).

Sans surprise, les patients prenant des médicaments sur une base chronique étaient le plus souvent âgés de 50 ans et plus. Aucune différence marquée entre les sexes n’a été observée.

Une nette majorité de personnes (68–81%) ont déclaré connaître la nature des prescriptions électroniques. Il n’y avait pas de différence significative liée à l’âge. Au total, 34% des personnes interrogées ont déclaré que leur médecin n’avait pas rédigé d’ordonnances électronique. Or, plus de 80% des médecins de premier recours rédigent des ordonnances électroniques. Comme les patients reçoivent toujours un morceau de papier, une explication pourrait être qu’ils pensent à tort avoir reçu une prescription papier.

Au total, 37% des répondants ont exprimé une opinion positive sur les prescriptions électroniques et ont cité la lisibilité comme raison principale. En revanche, 7% des répondants avaient un avis négatif, citant la date d’expiration plus rapide comme raison importante (en Belgique, les ordonnances électroniques n’expirent pas plus rapidement que les ordonnances manuscrites, mais le système impose la présence et la lisibilité d’une date d’expiration.). Seulement 15% des personnes étaient au courant de l’existence du Personal Health Viewer.

Lorsqu’ils ont le choix, 51% des répondants ont préféré recevoir une copie papier de leur ordonnance. Cette préférence pour une version imprimée était beaucoup plus prononcée chez les personnes qui prenaient des médicaments de façon chronique, par rapport à celles qui ne prenaient que des médicaments de manière aiguë (60% contre 41%). Les personnes ont également exprimé le besoin d’avoir une ordonnance sur papier pour leur rappeler d’aller chercher le médicament à la pharmacie.

Une autre grande préoccupation exprimée était la difficulté de confier à une tierce personne le soin d’aller chercher les médicaments à la pharmacie, dans le cas d’une ordonnance sans papier.

Un pourcentage élevé, 89%, pense qu’il devrait toujours être possible pour un patient de demander une version imprimée et 21% pensent que cela devrait toujours être obligatoire. Au total, 80% étaient d’avis que c’est le médecin qui est chargé de donner une version imprimée au patient.

Les résultats sont interpellant : une majorité de patients reconnait avoir besoin de plus d’informations concernant la prescription électronique ; ceci est interprété par les auteurs comme une conséquence de la persistance de prescription papier chez la plupart des médecins.

Les auteurs de l’étude concluent qu’à l’heure actuelle, les patients ont une connaissance et une compréhension insuffisantes des changements envisagés. « À la lumière de ces considérations et des problèmes techniques récents rencontrés par le système, nous estimons qu’il est urgent de mettre à jour l’analyse risques-avantages de la politique envisagée. Des analyses supplémentaires des risques et des avantages du système, du point de vue du patient, peuvent être justifiées ».

 

Référence : pour accéder à l’étude, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Un anesthésiste soupçonné d’empoisonnementUn anesthésiste soupçonné d’empoisonnement 14 mai 2019 Le docteur Frédéric Péchier a été placé en garde à vue. Déjà soupçonné en 2017, il fait l’objet de nouvelles investigations pour plusieurs dizaines d’autres cas.
  • Carnets de santé falsifiés dans des crèches du Brabant Wallon ?Carnets de santé falsifiés dans des crèches du… 25 avril 2019 Selon une enquête de la RTBF, certaines crèches soupçonnent des parents de falsifier, avec l’aide de leur médecin, les carnets de santé de leurs enfants. Un acte risqué qui n’est pas sans conséquences.
  • Suicide chez le médecin : des experts expliquentSuicide chez le médecin : des experts expliquent 14 mai 2019 Le suicide est la seule cause de décès qui est plus élevée chez les médecins que dans la population générale, selon deux médecins canadiens qui ont coécrit une fiche d'information sur le suicide chez les médecins.
  • « 13 Reasons why », une série responsable de nombreux suicides chez les adolescents« 13 Reasons why », une série responsable de… 30 avril 2019 Selon une étude publiée hier, l'émission « 13 Reasons Why » de Netflix a été associée à une augmentation de 28,9 % du taux de suicide chez les jeunes américains âgés de 10 à 17 ans dans le mois (avril 2017) suivant la diffusion des émissions.
  • Manger du riz pour prévenir l’obésité ?Manger du riz pour prévenir l’obésité ? 7 mai 2019 Si l'on en croit les conclusions d'une étude récente, les niveaux d'obésité sont nettement inférieurs dans les pays qui consomment de grandes quantités de riz.
  • Nouvelles recommandations dans l’asthmeNouvelles recommandations dans l’asthme 10 mai 2019 Evolution du paradigme de la prise en charge de l’asthme. GINA 2019 fait peau neuve et balaye certaines convictions vieilles de 50 ans.
  • Quelle drogue est la plus dangereuse ?Quelle drogue est la plus dangereuse ? 17 mai 2019 Serait-ce le fentanyl, un médicament 50 à 100 fois plus puissant que la morphine ? Ou la cocaïne, avec des effets secondaires désagréables comme la paranoïa, la défaillance d'organes, les convulsions et la mort ?
  • Les protéines de soja réduisent-elles le « mauvais » cholestérol ?Les protéines de soja réduisent-elles le « mauvais »… 9 mai 2019 Les protéines de soja et leur influence sur le cholestérol font l'objet d'un débat permanent. Une nouvelle méta-analyse a analysé les données existantes.
  • Je suis ici pour un cancer du sein. Pourquoi me parlez-vous de mon cœur ?Je suis ici pour un cancer du sein. Pourquoi me… 6 mai 2019 Appel à l'action : Une étude révèle le besoin urgent de soigner le cœur des patients atteints de cancer.
  • Quel est le lien entre dépression et constipation ?Quel est le lien entre dépression et constipation ? 11 mai 2019 La constipation chronique accompagne souvent la dépression. Sur base d'un modèle murin, les chercheurs ont cherché à comprendre pourquoi cette relation pouvait se produire. Ils ont également testé un médicament expérimental dont les résultats sont encourageants.
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre