Une équipe de chercheurs de l’université d’Anvers a développé un questionnaire pour évaluer l’opinion citoyenne en regard de la prescription électronique, avec plus de 270 répondants ayant des usages différents de médicaments (prise aigue ou chronique).

Sans surprise, les patients prenant des médicaments sur une base chronique étaient le plus souvent âgés de 50 ans et plus. Aucune différence marquée entre les sexes n’a été observée.

Une nette majorité de personnes (68–81%) ont déclaré connaître la nature des prescriptions électroniques. Il n’y avait pas de différence significative liée à l’âge. Au total, 34% des personnes interrogées ont déclaré que leur médecin n’avait pas rédigé d’ordonnances électronique. Or, plus de 80% des médecins de premier recours rédigent des ordonnances électroniques. Comme les patients reçoivent toujours un morceau de papier, une explication pourrait être qu’ils pensent à tort avoir reçu une prescription papier.

Au total, 37% des répondants ont exprimé une opinion positive sur les prescriptions électroniques et ont cité la lisibilité comme raison principale. En revanche, 7% des répondants avaient un avis négatif, citant la date d’expiration plus rapide comme raison importante (en Belgique, les ordonnances électroniques n’expirent pas plus rapidement que les ordonnances manuscrites, mais le système impose la présence et la lisibilité d’une date d’expiration.). Seulement 15% des personnes étaient au courant de l’existence du Personal Health Viewer.

Lorsqu’ils ont le choix, 51% des répondants ont préféré recevoir une copie papier de leur ordonnance. Cette préférence pour une version imprimée était beaucoup plus prononcée chez les personnes qui prenaient des médicaments de façon chronique, par rapport à celles qui ne prenaient que des médicaments de manière aiguë (60% contre 41%). Les personnes ont également exprimé le besoin d’avoir une ordonnance sur papier pour leur rappeler d’aller chercher le médicament à la pharmacie.

Une autre grande préoccupation exprimée était la difficulté de confier à une tierce personne le soin d’aller chercher les médicaments à la pharmacie, dans le cas d’une ordonnance sans papier.

Un pourcentage élevé, 89%, pense qu’il devrait toujours être possible pour un patient de demander une version imprimée et 21% pensent que cela devrait toujours être obligatoire. Au total, 80% étaient d’avis que c’est le médecin qui est chargé de donner une version imprimée au patient.

Les résultats sont interpellant : une majorité de patients reconnait avoir besoin de plus d’informations concernant la prescription électronique ; ceci est interprété par les auteurs comme une conséquence de la persistance de prescription papier chez la plupart des médecins.

Les auteurs de l’étude concluent qu’à l’heure actuelle, les patients ont une connaissance et une compréhension insuffisantes des changements envisagés. « À la lumière de ces considérations et des problèmes techniques récents rencontrés par le système, nous estimons qu’il est urgent de mettre à jour l’analyse risques-avantages de la politique envisagée. Des analyses supplémentaires des risques et des avantages du système, du point de vue du patient, peuvent être justifiées ».

 

Référence : pour accéder à l’étude, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Un homme enrhumé souffrait d'un problème bien plus grave...Un homme enrhumé souffrait d’un problème bien… 6 mars 2019 Ed Covert, un homme de 46 ans, a commencé à se sentir mal à l'aise avec une sensation inhabituelle dans sa poitrine. Comme le rapporte le Reader's Digest, il croyait qu'il tombait malade…
  • 1er cas signalé d'anaphylaxie induite par l'amoxicilline après un contact sexuel1er cas signalé d’anaphylaxie induite par… 14 mars 2019 Le BMJ rapporte le cas d’une femme de 31 ans qui s'est présentée aux urgences pour un essoufflement, de l'urticaire sur tout le corps et des vomissements abondants.
  • 1er cas de gangrène juvénile du scrotum répertorié au Royaume-Uni1er cas de gangrène juvénile du scrotum répertorié… 26 février 2019 Un jeune Britannique de 18 ans pensait souffrir d’amygdalite. Cependant, quelques jours plus tard, des « marques » sont apparues sur son scrotum, et ont commencé à s’étendre rapidement. Le cas vient d’être publié dans le BMJ Case Reports.
  • L'alcool peut être moins nocif pour les personnes de plus de 50 ansL’alcool peut être moins nocif pour les… 1 mars 2019 Une étude récente a examiné l'impact sur la santé de la consommation d'alcool à différents âges. Les auteurs concluent que, pour les personnes de plus de 50 ans, les risques pour la santé peuvent être moins graves.
  • Etat d’alerte dans 19 états américains : bactérie mortelle !Etat d’alerte dans 19 états américains : bactérie mortelle ! 18 février 2019 19 états sont en état d'alerte pour la souche RB51 de Brucella, une bactérie potentiellement mortelle liée aux produits laitiers non pasteurisés. La souche est résistante aux médicaments de première intention et sa similarité (sur le plan des symptômes) avec le rhume ou la grippe peut rendre le diagnostic difficile.
  • Quand un chirurgien est-il trop vieux pour opérer ?Quand un chirurgien est-il trop vieux pour opérer ? 21 février 2019 Près du quart des médecins praticiens sont âgés de 65 ans ou plus, selon l'American Medical Association. Est-ce un problème ?
  • La seule thèse de doctorat anti-vaccins au monde, officiellement contestéeLa seule thèse de doctorat anti-vaccins au monde,… 13 mars 2019 En 2015, le mouvement anti-vaccination a obtenu ce qu'il souhaitait depuis longtemps : l'obtention d'un doctorat pour une thèse soutenant plusieurs de ses revendications. La décision de l'Université de Wollongong, en Australie, avait été vivement critiquée mais, désormais, une réfutation détaillée a été publiée dans la revue Vaccine.
  • Impact de la télévision sur la mémoire des personnes âgéesImpact de la télévision sur la mémoire des personnes âgées 3 mars 2019 Les effets de la télévision sur la cognition chez les enfants ont suscité beaucoup d'intérêt, mais beaucoup moins de recherches ont été menées sur les effets chez les personnes âgées. Une étude révèle que l’excès nuit en toute chose.
  • Takotsubo et traitement antiplaquettaire ?Takotsubo et traitement antiplaquettaire ? 5 mars 2019 Le syndrome Takotsubo (TTS) est un syndrome d'insuffisance cardiaque aiguë et généralement réversible, qui se présente au départ comme un syndrome coronarien aigu. Bien que la physiopathologie sous-jacente du TTS soit différente de celle de l'infarctus du myocarde, les patients sortent parfois de l'hôpital sous antiplaquettaire en raison de l'absence de recommandations claires.
  • Le sang de cet homme est devenu laiteux par excès de graissesLe sang de cet homme est devenu laiteux par excès de… 7 mars 2019 Dans la revue Annals of Internal Medicine, les médecins rapportent le cas d’un patient de 39 ans qui s'est présenté à l'hôpital universitaire de Cologne, se plaignant de vomissements, de malaises, de maux de tête et d’une lente détérioration de la vigilance. Après avoir passé quelque temps à l'hôpital, son état s'est détérioré et il…
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre