Travailler comme médecin, est épuisant sur les plans émotionnel, intellectuel et physique. Les médecins sont confrontés aux aspects les plus douloureux des problèmes des patients, ils sont témoins de traumatismes et ils font régulièrement face à des pertes.

« Pour survivre, les médecins doivent apprendre certaines techniques pour faire face à leur travail. Ils ont besoin de rester émotionnellement présents sans s’éloigner. Ils doivent prévenir la sur-identification, demeurer centrés sur le patient et maintenir les limites professionnelles. », explique Claire Gerada au BMJ.

Certaines de ces techniques sont pratiques : gestion du temps, délégation, … et d’autres font appel à des amis, à la famille, à des mentors et à des groupes de pairs qui peuvent servir de tampon au stress lié au travail et améliorer la satisfaction professionnelle. Mais les mécanismes d’adaptation les plus utiles échappent à tout contrôle conscient. Ce sont des mécanismes de défense psychologique. Les plus couramment utilisés en médecine sont le déni, l’altruisme, la dépersonnalisation et même l’humour. L’humour peut modifier le contenu d’un scénario potentiellement dérangeant, le rendant plus léger et plus tolérable. D’autres sont utilisés dans un rôle peu habituel – l’intellectualisation, par exemple. En cas de problème, les médecins peuvent lire et faire des recherches exhaustives sur leur propre état de santé afin de se distancier émotionnellement de son impact sur leur vie.

Sans défenses psychologiques, les médecins seraient plus vulnérables aux effets de l’exposition à la détresse, à l’invalidité et à la mort. Mais ces défenses peuvent aussi créer des problèmes et nuire au bien-être de l’individu. L’altruisme, par exemple, peut devenir un calvaire, les médecins négligeant leurs propres besoins ou ceux de leur famille. Le déni peut conduire au rejet de la vulnérabilité, avec perte de perspicacité et de perspective. Elle peut même conduire à un déni de responsabilité en cas d’erreur ou d’événement important sur le lieu de travail, les médecins pouvant blâmer d’autres personnes ou des forces extérieures. Et la distanciation émotionnelle, ou dépersonnalisation, peut devenir une source de mort émotionnelle – menant à l’épuisement professionnel, à la perte de compassion, et même à l’aversion et au ressentiment.

Il est essentiel d’assurer un équilibre entre l’utilisation des mécanismes de défense pour faire face à une carrière médicale et leur potentiel à entraîner de graves problèmes personnels et professionnels. On peut y parvenir en s’assurant que les médecins sont soutenus tout au long de leur carrière. Ils doivent également avoir l’espace et le temps de discuter de l’impact émotionnel de leur travail et de leur propre façon de faire face à la situation dans un environnement sûr, confidentiel et positif.

 

Référence : pour accéder à l’article, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Un anesthésiste soupçonné d’empoisonnementUn anesthésiste soupçonné d’empoisonnement 14 mai 2019 Le docteur Frédéric Péchier a été placé en garde à vue. Déjà soupçonné en 2017, il fait l’objet de nouvelles investigations pour plusieurs dizaines d’autres cas.
  • Carnets de santé falsifiés dans des crèches du Brabant Wallon ?Carnets de santé falsifiés dans des crèches du… 25 avril 2019 Selon une enquête de la RTBF, certaines crèches soupçonnent des parents de falsifier, avec l’aide de leur médecin, les carnets de santé de leurs enfants. Un acte risqué qui n’est pas sans conséquences.
  • Suicide chez le médecin : des experts expliquentSuicide chez le médecin : des experts expliquent 14 mai 2019 Le suicide est la seule cause de décès qui est plus élevée chez les médecins que dans la population générale, selon deux médecins canadiens qui ont coécrit une fiche d'information sur le suicide chez les médecins.
  • « 13 Reasons why », une série responsable de nombreux suicides chez les adolescents« 13 Reasons why », une série responsable de… 30 avril 2019 Selon une étude publiée hier, l'émission « 13 Reasons Why » de Netflix a été associée à une augmentation de 28,9 % du taux de suicide chez les jeunes américains âgés de 10 à 17 ans dans le mois (avril 2017) suivant la diffusion des émissions.
  • Manger du riz pour prévenir l’obésité ?Manger du riz pour prévenir l’obésité ? 7 mai 2019 Si l'on en croit les conclusions d'une étude récente, les niveaux d'obésité sont nettement inférieurs dans les pays qui consomment de grandes quantités de riz.
  • Nouvelles recommandations dans l’asthmeNouvelles recommandations dans l’asthme 10 mai 2019 Evolution du paradigme de la prise en charge de l’asthme. GINA 2019 fait peau neuve et balaye certaines convictions vieilles de 50 ans.
  • Quelle drogue est la plus dangereuse ?Quelle drogue est la plus dangereuse ? 17 mai 2019 Serait-ce le fentanyl, un médicament 50 à 100 fois plus puissant que la morphine ? Ou la cocaïne, avec des effets secondaires désagréables comme la paranoïa, la défaillance d'organes, les convulsions et la mort ?
  • Les protéines de soja réduisent-elles le « mauvais » cholestérol ?Les protéines de soja réduisent-elles le « mauvais »… 9 mai 2019 Les protéines de soja et leur influence sur le cholestérol font l'objet d'un débat permanent. Une nouvelle méta-analyse a analysé les données existantes.
  • Je suis ici pour un cancer du sein. Pourquoi me parlez-vous de mon cœur ?Je suis ici pour un cancer du sein. Pourquoi me… 6 mai 2019 Appel à l'action : Une étude révèle le besoin urgent de soigner le cœur des patients atteints de cancer.
  • Quel est le lien entre dépression et constipation ?Quel est le lien entre dépression et constipation ? 11 mai 2019 La constipation chronique accompagne souvent la dépression. Sur base d'un modèle murin, les chercheurs ont cherché à comprendre pourquoi cette relation pouvait se produire. Ils ont également testé un médicament expérimental dont les résultats sont encourageants.
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre