Une équipe internationale s’interroge sur les nouvelles technologies qui améliorent les compétences physiques et cognitives de l’humain, sur leur développement et leur distribution au sein de la société.

Les nouvelles technologies d’amélioration de l’humain ouvrent d’immenses possibilités, mais suscitent un questionnement profond sur l’essence même de l’homme, sur ce qui est utile à son bien-être individuel et collectif. Aujourd’hui, elles visent principalement à améliorer ou restaurer des capacités physiques et psychologiques dans un but médical. Mais une application visant la seule amélioration des performances se dessine. Fruit de choix individuels, le recours à ces technologies a pourtant un impact sur la société au sens large. Une équipe internationale dirigée par des chercheurs des universités de Genève (UNIGE) et d’Oxford s’est penchée sur les questions éthiques que posent ces manipulations.

Aujourd’hui, les nouvelles technologies d’amélioration de l’humain sont principalement utilisées de manière réparatrice suite à un accident, une maladie ou un handicap de naissance. Une récente étude américaine, menée par Debra Whitman et publiée dans la revue Scientific American, démontre d’ailleurs que ces technologies réparatrices sont très bien acceptées par la population : 95% des sondés soutiennent une application réparatrice physique et 88% une application réparatrice cognitive. Toutefois, ce pourcentage chute à 35% lorsque l’on parle d’application qui vise à augmenter une capacité physique ou cognitive dans un simple but de performance. Pourquoi ? « On touche ici à l’essence de l’homme et une avalanche de questions éthiques en découle », explique Daphné Bavelier, professeure à la Section de psychologie de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation (FPSE) de l’UNIGE. C’est pourquoi une équipe internationale de chercheurs, mandatée par le World Economic Forum (WEF), s’est penchée sur les paramètres à prendre en compte lors du développement et de la distribution de ces nouvelles technologies d’amélioration de l’humain, afin de garantir une société équitable et le bien-être de la collectivité.

Souvent résumé aux indices économiques, le bien-être dépasse la notion d’argent une fois les besoins primaires satisfaits. La théorie de l’auto-détermination divise le bien-être en trois composantes principales : l’autonomie, la compétence et les rapports sociaux. L’autonomie est définie par la capacité à prendre ses décisions sans être sous la contrainte d’une autre personne. Un individu peut donc choisir de subir une augmentation de ses facultés ou non. « Mais rapidement, il peut y avoir des dérives. Si un pilote militaire se fait améliorer la vision, il est possible que cette amélioration de l’acuité visuelle devienne obligatoire pour faire ce métier, illustre Daphné Bavelier. Dès lors, une personne qui souhaite devenir pilote sans pour autant se faire opérer se ferait d’office écarter de la profession. » Autre exemple : « Si les parents pouvaient choisir certaines caractéristiques de leur bébé, comme la force musculaire, la couleur des yeux ou l’intelligence, cela pourrait avoir de graves répercussions sur la diversité humaine, explique Simone Schürle, professeure au Département des sciences de la santé et des technologies de l’EPF Zurich. Certaines tendances pourraient favoriser des caractères particuliers, tandis que d’autres pourraient disparaître, réduisant la variabilité génétique. » Pourtant, chaque groupe de parents ne choisirait que les traits d’un seul bébé. « Chaque manipulation d’individu entraine des conséquences sur la collectivité », martèle Daphné Bavelier. Il en va de même pour les compétences. Comment faire si certaines personnes ont les moyens d’acheter de nouvelles compétences alors que d’autres non ? Comment les sociétés peuvent-elles rester compétitives si de tels avantages se marchandent ? Comment rivaliser contre des personnes augmentées ?

Enfin, l’usage en constante augmentation de drogues utilisées dans le but de faciliter les rapports sociaux souligne l’importance de ce volet dans le bien-être de l’humain. Les nouvelles technologies commencent à se développer dans ce domaine, mais leurs usages posent de véritables questions éthiques. « Aujourd’hui, on peut déjà inverser des rapports de domination chez les souris en stimulant certaines zones cérébrales, relève Daphné Bavelier. Agir sur le comportement d’une personne, par exemple en supprimant le sentiment de solitude souvent associé à la dépression, est donc à portée de main. ». Mais derrière chaque bonne intention se cachent des effets pervers, comme l’ont démontré les tristes expériences de trépanation du XXème siècle visant à guérir notamment l’hystérie féminine. Supprimer un problème comportemental n’est pas le résoudre. « Une étude renforçant l’empathie d’individus afin d’éradiquer le racisme a démontré que les individus d’un même groupe se retrouvaient plus soudés grâce à l’empathie, mais leur rejet des autres groupes augmentait alors considérablement », continue Julian Savulescu. Ce qui fonctionne sur un individu n’a pas les mêmes effets sur la collectivité.

Suite à ce questionnement global, l’équipe internationale, composée de généticiens, éthiciens, philosophes, ingénieurs ou encore neuroscientifiques, constate l’importance de penser aux conséquences sur la collectivité de chaque changement individuel. Les experts relèvent aussi l’urgence de mettre en place une réglementation concertées entre les différents gouvernements, avant que l’utilisation de ces nouvelles technologies ne deviennent déviante, comme l’illustre le cas récent des jumelles chinoises génétiquement modifiées pour résister au virus du SIDA, maladie qu’elles n’auraient de toute façon peut-être jamais contractée. « L’une des grandes énigmes éthiques non résolues est de savoir comment concilier les intérêts de l’individu et ceux de la société en cas de conflit. Les technologies d’amélioration humaine exigent des décideurs politiques qu’ils trouvent un certain équilibre. Les effets collectifs sont importants et nous ne pouvons pas laisser le marché décider », avance Julian Savulescu. « Notre commentaire est un appel à l’action avant qu’il ne soit trop tard », conclut Daphné Bavelier.

 

Référence : pour accéder à l’abstract, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

  • Un homme a avalé un poisson-chat vivant. Mauvaise idée !Un homme a avalé un poisson-chat vivant. Mauvaise idée ! 27 janvier 2019 Dans Acta Oto-Laryngologica Case Reports, des médecins de l’University Medical Center de Rotterdam racontent l'histoire d'un homme de 28 ans qui « a eu une surprise » lorsqu'il a avalé un poisson-chat en provenance de son aquarium.
  • Un cure-dent a tenu en émoi 3 hôpitaux, et un patient a bien failli mourirUn cure-dent a tenu en émoi 3 hôpitaux, et un… 4 février 2019 Selon le New England Journal of Medicine, un athlète de 18 ans a failli perdre la vie à cause d'un cure-dent en bois avalé sans s’en rendre compte en mangeant un sandwich. La rareté du cas a rendu le diagnostic difficile, même avec l'utilisation de l'imagerie de pointe.
  • 1er cas documenté de syndrome d'Alice au pays des merveilles dû à un cancer1er cas documenté de syndrome d’Alice au pays… 24 janvier 2019 Quiconque a lu ou vu les Aventures d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll se souviendra sans peine du monde hallucinant et délirant dans lequel se retrouve la petite Alice après sa chute dans un trou du lapin. Les personnes qui développent le syndrome d'Alice au pays des merveilles (AIWS), une condition rare, vivent…
  • Quelles sont les maladies les plus recherchées sur internet par les Belges ?Quelles sont les maladies les plus recherchées sur… 31 janvier 2019 Newpharma a réalisé une étude relative aux maladies ayant suscité le plus de curiosité sur la toile. À première vue anodine, cette question soulève un certain nombre de réflexions et livre des résultats surprenants !
  • Non, il ne s’agit pas d’une piqûre d’insecte… c’est bien pireNon, il ne s’agit pas d’une piqûre d’insecte… c’est… 24 janvier 2019 Une femme de 55 ans consulte en raison d’une douleur et d’un œdème au niveau du front. Le médecin pense qu’il s’agit d'une piqûre d'insecte infectée et lui prescrit des antibiotiques. Un véritable calvaire va commencer…
  • Le jeûne stimule le métabolisme et combat le vieillissementLe jeûne stimule le métabolisme et combat le vieillissement 5 février 2019 Bien que les chercheurs débattent encore de l'efficacité du jeûne sur la perte de poids, de nouvelles recherches laissent entrevoir d'autres avantages.
  • Un nouvel outil prédit la récidive des calculs rénauxUn nouvel outil prédit la récidive des calculs rénaux 10 février 2019 Toute personne qui a éprouvé l'inconfort des calculs rénaux désire savoir s’il est à risque de récidive mais, actuellement, c’est difficile à prévoir. Récemment, des chercheurs de la Clinique Mayo de Rochester, ont décrit un nouvel outil qui permet de prédire quelles personnes sont le plus à risque de récidive.
  • Pourquoi certains peuvent manger sans prendre un gramme ?Pourquoi certains peuvent manger sans prendre un gramme ? 27 janvier 2019 Nous avons tous un ami qui semble pouvoir manger des quantités phénoménales sans jamais grossir. Une étude d’envergure explique pourquoi certaines personnes ont plus facile de rester minces que d'autres.
  • Après 14 ans, une blessure par balle refait surfaceAprès 14 ans, une blessure par balle refait surface 24 janvier 2019 Après 14 ans de silence, une blessure par balle amène un homme à l’hôpital avec de fortes douleurs.
  • brève 3 24 janvier 2019 Une nouvelle étude suggère que l'exposition au plomb pendant l'enfance peut affecter la façon dont la personnalité d'un individu se développe et le prédispose à des problèmes de santé mentale à l'âge adulte. Pour accéder à l’étude, cliquez ici.
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre