Des chercheurs en philosophie et en éthique médicale demandent le retrait de 400 études soupçonnées d’avoir utilisé des organes obtenus sur des prisonniers condamnés à mort en Chine sans consentement. Les études concernées, portant sur les greffes, ont été conduites en Chine et publiées dans de grandes revues scientifiques.

Pour cette recherche, les auteurs ont évalué toutes les études scientifiques, soit 445 études, portant sur des greffes d’organe réalisées en Chine et publiées entre janvier 2000 et avril 2017. Ces études précisent généralement le consentement des participants receveurs de greffe, mais il n’en est pas de même pour le consentement des donneurs :  412 des ces publications (soit 92,5%) ne précisent pas la source de provenance des organes utilisés et 439 (soit 99%) ne mentionnent pas si le don d’organe a fait l’objet d’un consentement préalable.

33 études stipulent clairement avoir utilisé des organes de donneurs volontaires. Toutefois, les auteurs doutent de la véracité de ces informations « selon les rapports chinois, toute la Chine ne comptait que 120 donneurs volontaires jusqu’en 2009 et le nombre de dons était faible pendant les débuts du programme de donneurs volontaires, entre 2010 et 2014. »

Selon les auteurs, « l’usage des organes provenant de prisonniers exécutés est largement condamné car la situation coercitive d’être dans le couloir de la mort ébranle la possibilité d’un consentement éthique valide, ou le consentement pourrait même ne pas du tout avoir été recherché. De plus, en Chine, de nombreux rapports crédibles sur des prélèvements d’organes non volontaires sur des prisonniers d’opinion s’ajoutent aux préoccupations éthiques. »

« Il est donc possible – même si cela n’est pas vérifiable dans un cas particulier – que des publications revues par des pairs contiennent des données obtenues sur des prisonniers d’opinion tués dans le but de se procurer des organes ».

 

Référence : pour en savoir plus, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre