Un septuagénaire avait pris des médicaments pour le cœur et avait également consommé environ 90 mg de THC, la principale substance responsable des effets pharmacologiques du cannabis, afin d’essayer de soulager des douleurs et de favoriser le sommeil. Une quantité bien plus importante que les 7 mg de THC que l’on trouve habituellement dans un seul joint…

Après avec consommée la sucette au cannabis, le patient a rapidement ressenti des douleurs à la poitrine et a souffert d’une réduction soudaine du débit sanguin vers son cœur…

Le patient a survécu à sa crise cardiaque, mais « nous avons pensé que ce rapport de cas était important à publier parce qu’il portait sur une personne ayant une maladie cardiaque connue et des facteurs de risque de maladie cardiaque, qui représente une part croissante de la population », a déclaré le Professeur Alexandra Saunders, auteur de l’étude.

Le patient n’avait pas compris que les effets du cannabis associé à des aliments comestibles se font sentir plus lentement, sont plus puissants et durent plus longtemps, a souligné le Professeur Saunders.

Les auteurs pensent que la crise cardiaque du patient pourrait être due à des hallucinations provoquées par la grande quantité de THC consommée, ayant mis le patient dans un été de stress intense. L’inflammation des vaisseaux sanguins provoquée par le THC pourrait aussi avoir joué un rôle, bien que cette hypothèse nécessiterait plus de recherche.

Les chercheurs ont noté que la dose typique de THC dans les produits médicinaux synthétiques spécifiquement destinés au contrôle des nausées et à la stimulation de l’appétit est de seulement 2,5 mg. Alors, ces produits auraient-ils été sûrs ? « C’est la partie que nous ne connaissons pas à l’heure actuelle et sur laquelle nous n’avons aucune orientation », a déclaré le Professeur Saunders, ajoutant que, bien que les chercheurs « supposent qu’une dose plus faible aurait certainement réduit le stress cardiaque,[il n’existe] aucune étude ou donnée pour appuyer cette hypothèse ».

« Cette affaire attire l’attention sur le fait que ce n’est pas parce que quelque chose est légal que c’est sûr et que tout le monde peut en consommer. Nous ne voulons pas le diaboliser, nous voulons juste que nos patients âgés atteints d’une maladie cardiaque soient bien guidés. »

 

Référence : pour accéder au communiqué, cliquez ici.

L’équipe de rédaction Tempo Today

0

Les articles les plus consultés

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre